Les chaises errantes


Désormais inutiles et anonymes, seules le plus souvent, on les croise parfois à l'angle d'une rue, au détour d'un chemin, dans une ruelle obscure ou encore à l'arrêt d'un bus. Encore fringantes, du moins en apparence, bien souvent décrépies, orphelines, loin de leur environnement premier, ignorées de tous, gardant en elles l'empreinte d'un passage, une mémoire, elles semblent égarées, un peu perdues, au croisement de leur vie : que leur réserve le destin ? Une vie nouvelle peut-être, si une bonne âme les prend en charge ? Ou bien la décharge ? 

Elles, dont l'assise fut longtemps en intime compagnie, sont ces chaises errantes, peut-être redevenues sauvages, victimes d'un abandon brutal et sans témoin.